CNRS-INSB UCA
CNRS-INSHS
lapsco
LAboratoire de Psychologie
Sociale et COgnitive

UMR 6024 UCA-CNRS
L'étude de la cognition depuis ses bases cérébrales jusqu'à sa régulation sous l'influence de l'environnement social

DERNIÈRES PUBLICATIONS
Troian-Adam J., Bonetto E., Varet F., Arciszewski T. & Dezecache G. (in press). Explaining social behaviour in response to death-related threats : The conspecific loss compensation mechanism. Evolutionary Behavioral Sciences.
Dezecache G., Frith C.D. & Deroy O. (2020). Pandemics and the great evolutionary mismatch. Current Biology, 30, R1-R3.
Ferrand, L., Ducrot, S., Chausse, P., Maïonchi-Pino, N., O’Connor, R. J., Parris, B. J., Perret, P., Riggs, K. J., & Augustinova, M. (2020). Stroop interference is a composite phenomenon : Evidence from distinct developmental trajectories of its components. Developmental Science. doi : 10.1111/desc.12899

Rechercher




Accueil > Séminaires

24/10/2019 – François MAQUESTIAUX

par Guillaume VALLET - publié le , mis à jour le

Attention centrale et vieillissement : de la recherche d’exceptions à l’hypothèse ORCA

Date : 24 octobre 2019
Heure : 10h30 - 12h00
Lieu : Amphithéâtre Paul Collomp

Résumé de la conférence

L’attention centrale peut se définir comme la part des ressources allouées aux opérations cognitives situées entre un acte perceptif et l’acte moteur associé. Dans cette présentation, nous passerons d’abord en revue quelques-unes des grandes découvertes du fonctionnement de l’attention centrale ; celles-ci ayant été permises grâce à des procédures épurées de double tâche. Nous introduirons ensuite nos travaux sur l’interférence en double tâche qui, guidés par la recherche d’exceptions aux règles générales du fonctionnement attentionnel, ont abouti à une interprétation très adaptative, et non structurale, aux limitations attentionnelles du traitement de l’information. Notre interprétation sera considérée en lien avec le modèle classique de la mémoire de travail (Baddeley & Hitch, 1974). Enfin, en nous acharnant à étudier minutieusement les effets de l’âge sur l’allocation de l’attention centrale en situation de double tâche, nous avons récemment obtenu des résultats incompatibles avec les théories dominantes du vieillissement cognitif. Mais ces résultats sont en accord avec une nouvelle hypothèse en incubation depuis quelques années et que nous appelons aujourd’hui : l’hypothèse ORCA (over-reliance on central attention, pour dépendance accrue à l’attention centrale). Nous conclurons sur le potentiel d’ORCA à expliquer des effets du vieillissement dans d’autres domaines de la cognition (e.g., mémoire, contrôle moteur).

Conférencier

Pr. François MAQUESTIAUX
Université Bourgogne Franche-Comté
[Site internet]