CNRS-INSB UCA
CNRS-INSHS
lapsco
LAboratoire de Psychologie
Sociale et COgnitive

UMR 6024 UCA-CNRS
L'étude de la cognition depuis ses bases cérébrales jusqu'à sa régulation sous l'influence de l'environnement social

DERNIÈRES PUBLICATIONS
Lüders, A., Urbanska, K., Wollast, R., Nugier, A., & Guimond, S. (2021). Bottom-up Populism : How relative deprivation and populist attitudes mobilize leaderless anti-government protest. Journal of Social and Political Psychology, 2021, Vol. 9(2), 506–519, doi : 10.5964/jspp.7349
Goudeau, S., Sanrey, C., Stanczak, A., Manstead, A., & Darnon, C. (2021). Why lockdown and distance learning during the COVID-19 pandemic are likely to increase the social class achievement gap. Nature Human Behaviour. doi : 10.1038/s41562-021-01212-7
Darnon, C., Sommet, N., Normand, A., Stanczak, A., & Désert, M. (in press) Orientation Politique et Soutien à l’Innovation Pédagogique : Qui Sont les Plus Réfractaires ? / Political Orientation and Support for Pedagogical Innovation : Who Resist the Most ? L’Année Psychologique / Topics in Cognitive Psychology.
SÉMINAIRES
18/11/2021 – Serge CAPAROS

Percevoir la forêt ou les arbres : Impact de l’exposition urbaine sur le biais perceptuel. (Amphi Collomp, 10h30-12h00)

25/11/2021 – Vincent PICHOT

Analyse de la variabilité RR : Méthodes et applications. (Amphi Collomp, 10h30-12h00)

ÉVÉNEMENTS
Soutenance de thèse de Dounia Lakhzoum : Semantic organisation and generalisation mechanisms of abstract concepts

Jeudi 16 décembre 2021. Soutenance de thèse de Dounia Lakhzoum (LAPSCO, CNRS, UCA) à 14h30, en salle 404.

Rechercher




Accueil > Présentation

Équipe 1 : Cognition, Comportement et Contexte

publié le , mis à jour le

Sous la responsabilité de Norbert Maïonchi-Pino (MC HDR) et Alice Normand (MC), l’équipe 1 (12 personnels permanents) regroupe des spécialistes de psychologie cognitive, de psychologie sociale de la cognition, de mathématiques et de neurosciences avec pour objectif d’articuler différents niveaux d’explication dans l’étude de processus cognitifs, s’agissant en particulier de l’attention et des fonctions exécutives, de la perception du temps ou encore du langage. Tout en poursuivant l’étude des processus cognitifs de base attachés à ces activités, le projet implique aussi d’en comprendre les bases cérébrales et leurs déterminants psychosociaux. Cette stratégie renforce une approche intégrée de la cognition (cognition socialement régulée) dont les bases remontent à la création même du laboratoire et qui en ont fait sa réputation.

Cet intérêt pour une approche plus intégrée de la cognition, repérable dans la littérature internationale avec des labels variés et des objectifs souvent assez différents (« psychologie sociale de la cognition » ; « cognition située » et/ou « distribuée », « cognition socialement située » gagne aussi du terrain dans d’autres disciplines concernées à des degrés divers par les processus cognitifs, notamment la philosophie, l’anthropologie, ou encore la robotique. Les travaux dans ce cadre livrent une vision de la cognition comme un processus dynamique, adaptatif et façonnée non seulement par des contraintes corporelles-biologiques (e.g., cognition incarnée) mais aussi par l’environnement social dans lequel elle prend place et auquel elle répond.
Pour autant, l’approche en vigueur dans l’équipe n’est pas réductible à l’approche classique de la cognition sociale où la prise en compte des mécanismes de traitement de l’information vise surtout à comprendre comment l’individu organise mentalement son environnement social. Dans les travaux de l’équipe 1, c’est en effet davantage l’influence de cet environnement sur les processus cognitifs eux-mêmes qui fait l’objet des investigations via des recherches en laboratoire ou en site naturel.